[Portrait #6] Alix Bancarel, De Choisy-le-Roi à Birmingham, la carrière du verrier et chimiste Georges Bontemps (1799-1883)

Entretien avec Alix Bancarel, doctorante contractuelle en première année (contrat OPUS-Observatoire des Patrimoines de l’Alliance Sorbonne Université). Sa thèse, sous la direction de Jean-François Luneau, porte sur la carrière de Georges Bontemps (1799-1883) et sur l’histoire de la manufacture de verre de Choisy-le-Roi.

Bonjour Alix ! Pourrais-tu nous présenter ton parcours ? 

Bonjour ! Mon parcours est un peu sinueux et jalonné de rencontres déterminantes avec des personnes bienveillantes et passionnées. J’ai d’abord effectué des études littéraires et un master d’édition. Puis, c’est grâce à un stage dans la rédaction du magazine d’art L’Oeil, et à son rédacteur en chef de l’époque, Fabien Simode, que j’ai décidé de me réorienter et d’entreprendre des études en histoire de l’art.

Tu t’es rapidement intéressée à l’art du vitrail à l’époque contemporaine. Pourrais-tu revenir sur ce choix ?

Je me suis intéressée à l’art du vitrail dès mes recherches sur le peintre et maître-verrier Richard Burgsthal (1884-1944) dans le cadre de mes mémoires de master sous la direction de Jérémie Cerman et Michel Hérold. J’ai tout de suite été passionnée. À l’issue de mon master, Élisabeth Pillet m’a proposé de travailler sur les vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Paris dans le cadre du chantier scientifique piloté par le CNRS, suite à l’incendie survenu en avril 2019. Durant un contrat de neuf mois, j’ai ainsi pu participer au critique d’authenticité des vitraux in situ et documenter l’histoire des vitraux, tout particulièrement le contexte de leur restauration au XIXe siècle et la provenance des verres utilisés. Nous nous sommes alors rendus compte que l’origine des matériaux employés était un sujet encore très peu étudié et nécessitait d’être approfondi, en s’intéressant plus largement aux édifices du XIXe siècle, au fonctionnement de l’industrie du verre et à ses techniques de fabrication. C’est ainsi que Jean-François Luneau a proposé d’orienter mes recherches sur la carrière de Georges Bontemps (1799-1883) et sur l’histoire de la manufacture de verre de Choisy-le-Roi, fréquemment associée au renouveau de l’art du vitrail au début du XIXe siècle. Ce chimiste, verrier et industriel, incarne une figure emblématique de ce siècle aux multiples facettes, mais en réalité très peu étudiée.

Parviens-tu à combler ce manque historiographique en mobilisant des sources primaires ?

C’est justement là que réside tout l’intérêt – et la difficulté – de ce sujet. Comme pour de nombreuses autres manufactures et ateliers de peinture sur verre en activité au XIXe siècle, très peu de documents ont pu être conservés. En ce qui concerne celle de Choisy-le-Roi, n’existant plus aujourd’hui, il n’y a donc pas d’archives de l’entreprise à proprement parler. Je m’appuie  principalement sur les Archives Nationales et sur celles de l’Administration des Monuments Historiques, conservées à la Médiathèque du Patrimoine et de la Photographie (Charenton-le-Pont). J’exploite également les fonds des autres manufactures, encore en activité de nos jours, avec lesquelles Bontemps a collaboré (Baccarat, Saint-Gobain, Sèvres), afin d’éclaircir la nature de ces relations et échanges. Par ailleurs, ce sujet a la particularité d’être pluridisciplinaire C’est pourquoi je suis amenée également à explorer des fonds d’archives peu exploités en histoire de l’art, auxquels on ne pense pas forcément au premier abord, comme ceux de l’Académie de Sciences ou du Muséum d’Histoire Naturelle de Paris.

Ces investigations aux archives doivent te permettre de mener des découvertes fort intéressantes ! Comment est-ce que tu résumerais les enjeux soulevés par ton enquête ?

Le principal enjeu est justement de mettre en valeur cette pluridisciplinarité, en analysant des échantillons de verres et de vitraux provenant de la manufacture de Choisy-le-Roi, grâce au Laboratoire de Recherche des Monuments Historiques (L.R.M.H.) et au Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris. L’objectif est de caractériser la nature de leur composition chimique afin d’une part de vérifier la concordance avec les recettes et techniques décrites dans les traités de Bontemps et de ses contemporains, et d’autre part d’améliorer la connaissance de ces matériaux pour être capable de les conserver et restaurer le mieux possible. Le but est également de replacer les techniques utilisées pour la fabrication des verres colorés dans la masse dans le contexte de leurs redécouvertes au début du XIXe siècle. J’aimerais également confronter ces résultats en les comparant à d’autres échantillons de verres/vitraux provenant de manufactures différentes. Enfin, un autre aspect primordial de ma thèse sera d’étudier l’impact et le rôle des progrès scientifiques au sein du processus de création du vitrail.

J’imagine que tu es déjà amenée à sillonner le pays à la recherche de vitraux du XIXe siècle ! As-tu déjà fait des découvertes ?

Effectivement, j’ai commencé à mener en parallèle un travail de recensement des vitraux existant encore aujourd’hui in situ. J’ai ainsi pu découvrir récemment la basilique Notre-Dame-de-Bonsecours, près de Rouen, entièrement remaniée durant la première moitié du XIXe siècle, et dont l’ensemble des vitraux a été créé à Choisy-le-Roi. La visite de ce monument isolé et méconnu a été pour moi une première grande découverte. C’est un site fascinant, complètement éclectique, emblématique d’un certain moment charnière du XIXe siècle. La couleur est omniprésente dans chaque détail du décor. J’espère pouvoir consacrer une étude de cas à cet édifice et je dois normalement participer à l’inventaire photo des vitraux, en partenariat avec l’Inventaire de la Région Normandie.

Formidable ! Ta documentation est essentiellement en France ou bien penses-tu réaliser des missions à l’étranger ?

En ce qui concerne les archives, je me suis d’abord concentrée sur celles conservées en France. J’aimerais désormais poursuivre en consultant celles de la manufacture Chance Brothers & Co, conservées à Birmingham en Angleterre, dans laquelle Bontemps a travaillé durant la deuxième partie de sa carrière. Cela m’ouvrira très certainement de nouvelles pistes.  

Ce sujet de recherche croise des questions de grande importance et d’actualité, liées à l’histoire du patrimoine et de sa conservation : ton travail de thèse contribuera certainement à la mise en valeur de ces œuvres et de ces monuments. Comment aimerais-tu valoriser et diffuser le résultat de tes recherches ?

Ce sujet s’intéresse en effet directement à un patrimoine vivant, à travers l’étude d’édifices et de monuments qu’il convient de protéger et donc de valoriser. Le site de Bonsecours pourrait par exemple être mis en valeur grâce à une collaboration avec la plateforme de numérisation, Plemo 3D. D’autre part, je souhaite publier des articles scientifiques et participer à des conférences, colloques, journées d’études, comme je l’ai notamment déjà fait dans le cadre du cycle de conférences consacré au vitrail, organisé par le Centre André-Chastel et le Corpus Vitrearum France, dont je vous recommande d’ailleurs la chaîne Youtube   (https://www.youtube.com/@corpusvitrearumfrance) !
Enfin, j’espère avoir l’occasion de rencontrer et d’échanger avec des verriers et techniciens encore en activité aujourd’hui afin d’expérimenter les procédés et gestes décrits par Bontemps. Ce projet pourrait prendre la forme d’un reportage ou d’une exposition, dévoilant la transmission d’un savoir-faire traditionnel. 

Ce serait une très belle idée pour connaître encore mieux et valoriser ce savoir-faire ! En guise de conclusion de cet interview, aurais-tu une œuvre à nous montrer pour nous permettre d’imaginer le fonctionnement de la manufacture ?

Grâce à cette thèse, j’espère réussir à faire revivre cette manufacture en retraçant son histoire. Une série d’illustrations reproduites dans un article de 1845, issue d’une visite au sein de l’établissement, vous donne déjà un aperçu des diverses activités de la verrerie.  

P. B., « Grands établissements industriels de la France IV : La Verrerie de Choisy-le-
Roi », lithographies reproduites dans L’Illustration, n°133, vol. VI, 13 septembre 1845, p. 22-26.


Citer ce billet
Silvia Marcheselli (2024, 18 avril). [Portrait #6] Alix Bancarel, De Choisy-le-Roi à Birmingham, la carrière du verrier et chimiste Georges Bontemps (1799-1883). Carnet des doctorant.es du Centre André-Chastel. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://chasteldoc.hypotheses.org/5440

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search