À propos

Conçu par et pour les doctorant.es du Centre André-Chastel (UMR 8150 – Laboratoire de recherche en histoire de l’art, du Moyen Âge à l’immédiat contemporain), le Carnet des doctorant.es du Centre André-Chastel se veut être un laboratoire virtuel dont le but premier est de valoriser les recherches et les activités des jeunes chercheurs.euses du Centre, ainsi que de faciliter leurs interactions.

Membres de plein droit le temps de notre doctorat, nous participons tous.tes activement à la vie scientifique et institutionnelle du laboratoire. Nos thématiques de recherche illustrent la très grande variété des domaines d’étude du Centre André-Chastel, qui regroupe archéologues et archéologues du bâti, médiévistes, modernistes et contemporanéistes. Pensé comme un canal de diffusion complémentaire au site du laboratoire, le Carnet se destine plus spécifiquement aux jeunes chercheurs.euses, dont nous souhaitons qu’il reflète la richesse des études, tout en offrant un espace d’échange, de partage et de discussion. 

La mise en valeur de l’activité scientifique de chacun.e d’entre nous, par la présentation de nos recherches et de nos travaux (dans toute la diversité des formes qu’ils peuvent prendre) en constitue le but premier. Mais le Carnet est aussi pensé comme un lieu de partage de nos expériences, conseils et astuces sur la vie doctorale, ses joies, ses inquiétudes et ses doutes. 

N’hésitez pas à consulter les différentes rubriques et surtout à participer en nous envoyant vos propositions !

Pour nous contacter : carnetchasteldoc@gmail.com

Comité de rédaction : Natacha Aprile, Maxime Bray, Silvia Marcheselli et Jean Potel

COMITÉ DE RÉDACTION : LES MEMBRES

Le Carnet a été préfiguré, créé et lancé à l’automne 2023 par et sur une idée de Natacha Aprile, Maxime Bray, Silvia Marcheselli et Jean Potel, sous le double patronage du Centre André-Chastel (UMR 8150) et de l’École doctorale 124 (Sorbonne Université).

Le comité de rédaction se compose actuellement des membres suivants :

Natacha APRILE prépare une thèse sur l’imagerie de la reine Christine de Suède (1626-1689). Sous la co-direction de Christine Gouzi à Sorbonne Université et de Sylvie Steinberg de l’EHESS – Paris, cette thèse étudie spécifiquement l’ambivalence de genre et de sexe dans la vie de la reine ainsi que la construction, tant visuelle qu’intellectuelle, de son androgynie et de ses résurgences sur l’image perpétuée par la postérité. Ce travail repose sur l’analyse de ses réseaux de connexions homophiles et de son implication dans la vie artistique et musicale de l’Europe du XVIIe siècle. Sur ce constat, cette recherche de thèse entend mettre en évidence les mécanismes de fabrication de la « légende Christine » – créée de son vivant et perpétuée lors des siècles qui ont suivi – ainsi que sa disparition progressive, transformant la reine en icône des cultures féministes et LGBTQIA+. Après un contrat doctoral de Sorbonne Université – Initiative Genre de 2020 à 2023, Natacha Aprile est vacataire temporaire d’enseignement auprès de l’École de droit HEAD et de l’Université Paris Nanterre.

Maxime BRAY effectue une thèse visant à identifier et comprendre les besoins en expertise qui se manifestent au sein des marchés artistiques sous le règne personnel de Louis XIV. Encadré par Christine Gouzi et codirigé par Laurent Pfister, ce travail interroge les mutations que connaissent alors deux cadres hermétiques d’expertise, à savoir les réceptions et estimations de commandes picturales et sculpturales d’une part, et les attributions et évaluations d’œuvres d’art circulant sur le marché de l’offre de l’autre. En insistant sur le rôle des acteurs individuels et institutionnels, la thèse documente la disparition de la figure de l’expert praticien supplantée, au milieu du XVIIIe siècle, par celle de l’expert indépendant. Pour mener à bien cette étude, Maxime Bray mobilise une documentation technique couplée aux sources de la pratique afin de déterminer les dynamiques juridiques, économiques et sociales d’un phénomène souvent analysé sous un versant strictement théorique, par le prisme des traités. Après un contrat doctoral à Sorbonne Université de 2020 à 2023, il est actuellement vacataire temporaire d’enseignement auprès de l’université de Picardie Jules Verne.

Dans le cadre de sa thèse, Silvia MARCHESELLI s’intéresse à l’étude du fonctionnement du foyer pictural de la ville de Pise aux XIVe et XVe siècles à travers l’analyse d’un corpus d’œuvres spécifique, les retables à volets multiples destinés aux églises de la ville. L’objectif de sa recherche, menée sous la direction de Philippe Lorentz, est de parvenir à une étude non seulement de la peinture médiévale pisane, considérée comme la production d’artistes locaux, mais surtout de la peinture médiévale à Pise, en examinant selon une perspective historico-sociale les rapports entre artistes et commanditaires, les mécanismes de la commande picturale et les raisons de l’attractivité de la ville. Sous contrat doctoral de 2021 à 2024, elle assure également une mission d’enseignement en Histoire de l’art médiéval auprès de Sorbonne Université.

Jean POTEL prépare actuellement une thèse consacrée à la réévaluation de l’ascendance théorique et esthétique exercée par l’œuvre d’Andrea Palladio sur la constitution, les développements et le plein épanouissement de l’architecture classique « à la française ». Cette thèse ambitionne de démontrer que l’art de bâtir national, longtemps envisagé comme la manifestation d’une école souveraine qui n’aurait exprimé pour le Vicentin qu’une admiration timide, a en réalité entretenu des rapports féconds avec l’héritage de l’auteur des Quattro Libri. Menées sous la direction d’Alexandre Gady, ses recherches visent notamment à distinguer les raisons, les modalités et les canaux des transferts culturels ayant eu cours non seulement entre la Vénétie et la France, mais aussi entre les différents foyers de l’Europe palladienne. Jean Potel s’intéresse donc à l’étude des motifs et des formes comme à celles des constructions culturelles et historiographiques, en tête desquelles l’invention des discours aux visées nationalistes. Sous contrat doctoral à Sorbonne-Université de 2019 à 2022, il est actuellement vacataire temporaire d’enseignement auprès de Sorbonne Université et de l’Université de Poitiers.

Photographie de bannière : Alexandre Desgoffe, Paysages (décor à fresque de la salle Labrouste), photographie d’Olivier Ouadah. Reproduction avec l’aimable autorisation de l’auteur.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search